Sélectionner une page

Depuis trois décennies, les municipalités socialo-communistes se sont
acharnées à bétonner notre commune. D’abord en densifiant ses axes
principaux par la destruction méthodique des pavillons au profit
d’immeuble, puis en généralisant l’urbanisation aux autres quartiers.
Les Terrasses du Parc, gigantesque programme immobilier aux
Berchères en est un bel exemple. Surdimensionné, son volume asphyxie
le frêle parc Aimé Césaire, dont la mairie s’était pourtant gargarisée lors
de son ouverture.
Quant à la construction du nouveau conservatoire-bunker de plus de
2650 m2, celui-ci empiète sur le parc de la mairie, seul poumon vert de
la ville. Embouteillage, manque de stationnement, dégradation du cadre
de vie, massification de la ville… Quel désaveu cinglant pour la majorité
socialiste !